L’arbre et la haie

France Nature Environnement Franche-Comté s’engage depuis 2013 pour la préservation et la remise en valeur des haies, des arbres isolés et des arbres têtards de nos campagnes, constituant une véritable richesse patrimoniale au service de la biodiversité et de la qualité de l’eau : c’est le programme Biodiversit’haies. Celui-ci s’adresse aux collectivités locales, aux associations, aux agriculteurs et à toute personne souhaitant participer à l’amélioration du cadre de vie en milieu rural. L’animation du programme est réalisée en collaboration avec les associations locales et les associations membres de FNE Franche-Comté.

Que vous soyez élu ou citoyen, vous pouvez devenir acteur de l’équilibre des activités socio-économiques et de l’écosystème qui nous héberge.

Pour télécharger la plaquette cliquez sur l’image ci-dessous.

plaquette haie visu web

Agroforesterie

RETOUR SUR LA CONFERENCE :

LES ENJEUX DE LA REINTRODUCTION DE L’ARBRE DANS LES ESPACES AGRICOLES

 

C’est pour parler d’un système d’exploitation agricole innovant et peu développé dans notre région, que FNE Franche-Comté proposait vendredi dernier une soirée conférence sur l’agroforesterie, accueillie par le Lycée agricole de Dannemarie sur Crête.

 

Cette présentation, basée sur les enjeux de la réintroduction de l’arbre sous toutes ses formes dans les espaces agricoles était réalisée par Séverin Lavoyer, directeur de l’Association Française pour l’Agroforesterie (AFAF). Cette conférence était organisée dans le cadre du programme de sensibilisation Biodiversit’haiesmis en œuvre par FNE Franche-Comté,qui a pour soutiens financiers le Conseil Régional, l’Agence de l’eau et la DREAL Franche-Comté.

 

Associer les arbres avec la production agricole

L’agroforesterie désigne l’association des arbres avec les cultures ou les animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ. Il existe une grande diversité d’aménagements agroforestiers : alignements intra-parcellaires, haies, arbres émondés (trognes), arbres isolés, bords de cours d’eau (ripisylves)… Ces pratiques comprennent les systèmes agrosylvicoles mais aussi sylvopastoraux, agrosylvopastoraux ou pré-vergers (animaux pâturant sous des vergers de fruitiers).
Les systèmes agroforestiers sont ancestraux et répandus dans le monde entier. En Europe, les arbres étaient traditionnellement présents au cœur et aux abords des parcelles. Certains systèmes ont perduré : pré-vergers, cultures intercalaires en peupleraies, noyeraies ou vergers fruitiers, truffiers et lavande ou vigne.
Après la seconde guerre mondiale et le développement d’une industrie pétrolière (énergie, chimie…), la démocratisation du machinisme agricole et des produits phytosanitaires a engendré une expansion des cultures et l’arrachage des arbres et des haies.

 

Des bénéfices réciproques

L’association de l’arbre avec la production est bénéfique à tous les niveaux et elle favorise la vie du sol. En effet les arbres apportent de la matière organique, par les feuilles, les branches et les racines qui se renouvellent et cette matière organique nourrit les habitants du sol. Ces phénomènes augmentent la fertilité du sol et participent aussi au stockage du carbone dans le sol.

Les arbres et les haies participent aussi à la régulation des populations d’organismes pathogènes, en hébergeant des oiseaux et des insectes antagonistes. Ils fournissent une protection contre les aléas climatiques, en pompant de l’eau dans le sol, en maintenant la terre par leurs racines, en dépolluant les eaux rejetées et les sols.

Les racines des arbres se situent sous les cultures car la souche de l’arbre en système agroforestier possède un système racinaire plongeant. On observe donc un enracinement en profondeur induit par la compétition des cultures. L’arbre isolé agroforestier possède une forte résistance au vent et un potentiel de croissance plus important qu’un arbre forestier. Tous ces éléments ont été observés au cours de nombreux programmes de recherches avec l’INRA.

 

Une augmentation de la production globale de biomasse

Le système agroforestier est plus productif car il maximise la capacité à fixer l’énergie solaire en augmentant la surface foliaire étagée.
Par ailleurs ces systèmes de production engendrent des mécanismes spécifiques bénéfiques pour la protection des sols et l’optimisation de la production:

– la remontée d’éléments nutritifs issus de l’altération de la roche mère par les racines profondes des arbres vers la surface (pompe à nutriments) ;

– l’interception d’éléments nutritifs ou polluants drainés au-delà de la profondeur des racines des cultures par les racines profondes des arbres (filet de sécurité) ;

– une redistribution nocturne d’eau dans le sol par les racines des arbres. Les racines en zone sèche exsudent de l’eau en provenance des racines en zone humide (ascenseur hydraulique).

Le principe de base est que la parcelle peut et doit être un réservoir d’eau. Les parcelles agroforestières sont par exemple moins exposées en période de sécheresse. Ainsi la présence d’arbres modifie le régime d’écoulement des eaux en faisant barrière au ruissellement, à l’érosion et à l’exportation de matière organique. Il permet également d’augmenter la macroporosité du sol et le taux de matière organique. En zone de pente, la présence de linéaire d’arbres permet d’induire un terrassement naturel.

Le sol permet au végétal de pousser et le végétal créé le sol et la fertilité, car sans végétal, pas d’activité biologique, pas de mobilisation des éléments minéraux. Ces systèmes génèrent des productions complémentaires, comme par exemple du bois, du BRF (Bois raméal fragmenté), voire des fruits et du fourrage pour les animaux.

 

 

 

Laigné-en-Belin-20150120-05036

Source : C. Claveirole

 

 

 

 

Source : AFAF

Source : AFAF

 

 

 

 

Conférence présentée par Séverin Lavoyer - AFAF

Conférence présentée par Séverin Lavoyer – AFAF

 

 

 

 

Une quarantaine de personnes étaient ainsi présentes pour écouter ces principes simples d’agronomie. La soirée s’est achevée sur un moment de questions et d’échanges autour de la formation des techniciens conseillers, la sensibilisation et le retour du monde agricole, la place de l’agroforesterie en production viticole, son avenir mais aussi par des questions techniques sur les essences à choisir, le bois raméal fragmenté (BRF) et sur l’économie générée par l’agroforesterie.

 

 

La Franche-Comté est au début de la mise en place de programmes agroforestiers. Cette conférence est une première étape pour le développement de l’agroforesterie dans notre région. Toutes les personnes intéressées peuvent prendre contact avec FNE Franche-Comté.

 

 

Livret légumes d’ici

Le livret légumes d’ici est consultable en ligne !

Repris en septembre 2013 et porté par l’association FNE Franche-Comté, ce programme « Légumes d’ici » avait été initié en 2009 par l’association anciennement appelée Franche-Comté-Nature Environnement. Sa mise en œuvre répond à 4 objectifs stratégiques :

  • Promouvoir le patrimoine maraîcher franc-comtois en insistant sur la diversité des légumes cultivés dans la région et en proposant des recettes de saison, simples et peu coûteuses.

  • Favoriser la connaissance légumière des consommateurs dans les secteurs défavorisés.

  • Donner l’envie de mieux manger en encourageant une alimentation responsable, économe en énergie, de qualité et bénéfique pour la santé des consommateurs.

  • Créer du lien et de l’échange : Faire vivre les acteurs locaux, donner du sens à la consommation, retrouver le goût du vrai et le partager avec le plus grand nombre.

Ainsi qu’à 4 objectifs opérationnels :

  • Faire prendre conscience à la population citadine ou péri-urbaine, l’importance, le plaisir et l’économie de consommer des légumes frais, de saison et produits localement.

  • Sensibiliser un public non initié et les inciter à modifier leurs pratiques alimentaires ;

  • Développer et soutenir l’agriculture « bio », locale et les circuits courts ;

Les actions été réalisées en 2013 et 2014 sont :

  • Création du livret : rédaction, mise en forme, graphisme , impression et diffusion

  • Projet pédagogique : mise en place et réalisation de 4 journées de formation à destination des animateurs de structures franc-comtoises liées à la thématique « alimentation »;

  • et réalisation de 10 animations grand public sur Besançon et son agglomération.

  • Coordination du programme, échanges avec bénéficiaires.

  • La constitution d’un bilan et d’un dossier méthodologique de réalisation du programme (consultables sur demande).

Ainsi, le livret « Légumes d’ici », imprimé à 20 000 exemplaires et distribué largement,

peut être envoyé sur demande.

 

Il peut également être lu via l’outil calaméo, en cliquant sur l’image ci-dessus ou

disponible via le lien : http://fr.calameo.com/read/004168573b08a9cd3bed1

 

Projet loi bromadiolone

Observations de FNE Franche-Comté au Projet d’arrêté relatif au contrôle des populations de campagnols nuisibles aux cultures, ainsi qu’aux conditions d’emploi des produits phytopharmaceutiques contenant de la bromadiolone :

 

Dans l’ensemble, l’arrêté proposé évolue de manière positive et offre de nouvelles garanties en ce qui concerne le seuil de densité auxquels sont autorisés les traitements, ainsi qu’à la quantité maximale d’appâts à l’hectare. Il nous paraît donc primordial que ces chiffres soient maintenus.

 

Toutefois, nous estimons qu’en l’état, cet arrêté ne peut être effectif puisqu’il présente des carences en terme de :

– contrôles(des moyens de lutte raisonnée, Articles 11 et 12 ; de la vérification de l’enfouissement des appâts, de la collecte des cadavres de campagnols, du signalement de cadavres d’espèces non cibles) ;

– délais associés aux obligations (article 4 et annexe III) et aux analyses de risque d’impact sur la faune sauvage non cible pour les zones d’interdiction de lutte chimique (article 6 et annexe VII) ;

– de sanctions en cas de non respect des différents articles.

 

De plus, cet arrêté ne prend pas suffisamment en compte la protection des prédateursde campagnols et la mise en œuvre obligatoire des méthodes favorisant la prédation naturelle dans les zones identifiées comme secteurs à pullulation de campagnols.

Pour ce faire FNE Franche-Comté revendique la prise en compte des éléments suivants pour les zones concernées dans les départements du Doubs et du Jura :

– la mise en œuvre obligatoire de maintien et recréation de haies champêtres et de murgers.

l’identification par arrêté et l’exclusion (pour la lutte chimique) des zones naturelles protégées (RNR, RNN, APPB)et zones Natura 2000.

– l’interdiction du tir et du piégeage de renard roux (vulpes vulpes) dans les zones soumises régulièrement à pullulation du campagnol terrestre.

 

Ensuite, FNE Franche-Comté revendique la mise en place du principe de précaution par le biais d’une véritable politique de surveillance, de prévention et de lutte combinée contre le campagnol. Ainsi FNE Franche-Comté revendique l’arrêt de l’utilisation d’appâts contenant de la bromadiolone en l’absence de démonstration de l’échec des autres moyens de prévention. Ces moyens sont les méthodes alternatives (changements de pratiques agricoles, piégeage, etc.) mais aussi l’encouragement de la prédation naturelle.

 

Au regard des effets néfastes de la bromadiolone sur la faune sauvage non cible, FNE Franche-Comté(fédération franc-comtoise des associations de protection de la nature de Franche-Comté)demeure opposée à l’usage des pesticides en général et plus particulièrement à la bromadiolone et valorise la mise en place de mesures alternatives.

 

http://agriculture.gouv.fr/projet-d-arrete-controle-populations-de-campagnols-nuisibles-aux-cultures

Quel élevage porcin ?

Les vidéos de la table ronde  « Quel élevage porcin en Franche-Comté ? » (Besançon le 29 juin 2012)

un film réalisé par Alain Baptizet, Association Travelling

 

débat bois énergie 27 mai

Durant le premier semestre 2013, l’ensemble des acteurs régionaux a été invité à participer au Débat national sur la Transition énergétique. Aussi, à cette occasion, les associations, collectivités, professionnels (…), ont pu organiser des événements autour de la Transition énergétique.

Le Plateau Débat public, animé par FNE Franche-Comté, a répondu à cette sollicitation en organisant deux événements : le débat « Franche-Comté, peut-on faire feu de tout bois ? » ainsi qu’une animation d’éducation populaire à destination du grand public. Ces rendez-vous ont été co-organisés avec l’AJENA et la Plate-forme franc-comtoise d’Education à l’environnement pour un développement durable.

La synthèse de ce débat a été transmise en contribution à l’élaboration du projet de loi sur la Transition énergétique.

pge garde synt blog

Télécharger la synthèse du débat

 

Ecouter la 1ère partie du Débat

Accueil par le Directeur de la CCI duDoubs
Accueil et introduction par Michel Dubromel représentant de FNE Franche-Comté et de FNE
 
Animation : réactions du public aux affirmations sur l’énergie proposées par Alex Colin, éco-interprète
Intervention sur l’énergie en Franche-Comté par Vincent Pannisset de l’AJENA
 
Le débat animé par Emmanuel Caen, journaliste à Participe Présent
Le bois : une énergie propre ? renouvelable ? rentable ? compétitive ?
 
 
 
 

Ecouter la 2ème partie du Débat

Quel potentiel et quelles limites au développement de la filière bois-énergie en Franche-Comté ?
Zoom sur les plans d’approvisionnement territoriaux et sur les objectifs du SRCAE qui prévoit de multiplier par 1,8 l’utilisation du bois énergie d’ici 2020.
Quelles utilisations privilégier pour optimiser l’utilisation de la ressource ?
Les différentes utilisations du bois énergie se valent elles ? Si non, lesquelles développer prioritairement et pourquoi ?
 

Ecouter la 3ème partie du Débat

Les questions et réactions du public
 

 Le débat en images

 

 Animation : « Demain, tous à poêle ? » en images

Une animation d’éducation populaire « porteurs de paroles » a été proposée aux passants de la place de la Révolution le samedi 18 juin à Besançon. Elle avait pour objectif de recueillir les représentations des citoyens sur le bois-énergie et de les informer de la tenue du débat sur le bois-énergie. Vous découvrirez ci-dessous leurs réactions en images. Vous pouvez également consulter la synthèse du débat figurant ci-dessus pour un retour sur l’animation.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le principe de l’animation « porteurs de paroles » : téléchargez la fiche de présentation.

 

 

 

Vous aussi vous pouvez agir avec FNE Franche-Comté